Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 00:00

Comme chantait ma grand-mère bien aimée (et elle me la chanterait toujours si elle était encore là...) :

"Le travail, c'est la santé
Rien faire, c'est la conserver
Les prisonniers du boulot
N'font pas de vieux os!"

 

Aujourd'hui, vous m'excuserez j'espère, je m'éloigne donc du monde de la beauté pour un billet un peu plus personnel.

Certaines d'entre vous le savent déjà, je suis prof des écoles depuis quelques années maintenant. Ce métier je l'ai choisi comme une vocation, une vraie volonté de transmettre, partager aussi.

J'ai appris à l'aimer et à le détester.

Malheureusement pour moi, en ce moment je suis dans une phase de haine parce que je n'arrive plus à m'y retrouver ni me reconnaître. Les moments que je vis me font oublier pourquoi j'ai choisi ce métier.

Je n'aime pas me plaindre. Je suis du genre à encaisser sans rien dire mais ici, au moins je peux un peu évacuer ! (désolée que ça tombe sur vous !)

 

Il y a maintenant 7 mois que j'ai fait ma rentrée. Une rentrée en point d'interrogation, où j'ai attendu dans une école de rattachement loin de chez moi qu'on me trouve un poste pour cette année. Oui, peu de gens le savent mais pour les jeunes profs, ça tourne beaucoup les premières années avant d'avoir un poste fixe et les affectations tombent au tout dernier moment la plupart du temps (début septembre en général) alors qu'on a 2 mois de vacances d'été (non payés je précise car peu le savent) pour préparer nos classes en théorie.

 

Pour moi, au début du mois de juillet dernier, je ne savais toujours pas où j'allais tomber à la rentrée (ni l'endroit, ni la ou les classe(s)) et en grande stressée et consciencieuse que je suis, j'ai passé mon été à tenter d'anticiper, me préparer, à rassembler des documents de la petite section au CM2 pour parer à toute éventualité et toute mutation tordue.

 

On m'a contactée la veille de la prérentrée pour m'informer qu'il n'y avait pas de poste pour moi et que je devais attendre qu'on me rappelle dans une école de rattachement (à 50 min de chez moi !). Pour attendre toute la journée désespéremment, 50 min je peux vous dire que ça fait loin. Je me suis donc rendue dans cette école inconnue où on m'a accueillie avec gentillesse et compassion. Mais tout le monde s'activait bien sûr pour préparer sa classe et moi au milieu de toute cette effusion, je me suis sentie bien étrangère et inutile.

On m'a donné des tâches administratives (genre faire le café et les photocopies, trier les papiers... Bien loin de ma vocation première en somme !). J'ai attendu comme ça près de 3 semaines avant d'être recontactée.

 

Et là le verdict est tombé un mercredi matin : " Vous êtes à tel endroit pour remplacer une directrice toute l'année scolaire. Vous commencez demain. On ne connaît pas le niveau de classe. Allez-y vous verrez bien !"

L'adrénaline est montée d'un coup. J'ai rassemblé mes petites préparations estivales (tous niveaux réunis donc pour affronter ma nouvelle classe) et j'y suis allée. La directrice en question n'était pas encore partie et on a pu travailler en binome pour que ma rentrée se fasse plus en douceur. Et ça a été la seule grande chance de mon histoire !

 

Il s'est avéré que l'école se trouvait à 50 minutes de chez moi toujours, avec une classe de campagne à 3 niveaux (CE2-CM1-CM2) et avec pas mal d'enfants en difficulté. Il s'est aussi avéré que le poste se finirait en fait le 15 mai pour repartir à nouveau vers l'inconnu pour la fin de l'année (je vais encore être prévenue au dernier moment pour mon ou mes postes suivants). Je me suis lancée dans le travail à corps perdu, sans calculer, sans limite de temps, me rendant toujours disponible pour les parents et collègues, corrigeant et préparant jusqu'à pas d'heure le soir, le week end et pendant les vacances sans la présence de mon homme pour m'aider à la maison.

Moi qui voudrais des enfants plus tard, je me suis dit qu'ils n'auraient pu avoir aucune place dans ce contexte. (Ou alors peut être m'auraient ils au contraire poussée à relativiser tout ça ?...).

 

Tout ça pour vous dire qu'aujourd'hui je suis achevée, usée, meurtrie. Je vous épargne les à côtés, avec les animations pédagogiques parfois bien loin des réalités du terrain, les réunions à gérer, les sorties, les dossiers des élèves en difficulté (parce qu'en plus on nous supprime les postes des maitres spécialisés ou des psychologues qui pourraient nous aider) ou les parents toujours prêts à mettre une (gentille) pression, à faire des réflexions malgré tout le travail et les efforts accomplis. Et moi qui garde toujours douceur, sourire et diplomatie et qui pleure le soir en rentrant en accusant le coup.

 

Alors quand j'entends que les profs sont toujours en grève ou en vacances, qu'ils sont fénéants, ou qu'ils ne connaissent rien à la vraie vie; avec la foi qui m'anime, la conscience professionnelle dont je fais preuve avec son lot de reconnaissance et de découragement, ben oui, je l'avoue, j'ai envie de pleurer. Comme partout il y a des gens incompétents, pourquoi s'en prendre à certaines professions en particulier ? On peut se donner à fond jusqu'à l'épuisement comme dans n'importe quel autre métier. Est-ce de la jalousie ? Prenez ma place alors, ça ira mieux (ou pas).

Sinon, ne jugez pas avant de connaître juste sur des a priori. Prenez le temps de discuter et de vous intéresser.

 

Mais bon, c'est ma faute aussi. Je suis trop sensible.

 

Peut être que je devrais être plus sèche et grande gueule, ça me soulagerait. Sauf que non, je ne suis pas comme ça du tout. Je me fais bouffer parce que je veux faire mon travail à la perfection. Je veux être utile au maximum à ces enfants qui m'écoutent (ou pas). Sauf que je ne peux pas, on ne m'en a pas donné les moyens. Et j'ai perdu mon énergie. Aujourd'hui j'ai juste besoin de repos, de calme loin du stress et des bouffées d'angoisse.

 

Mais pourquoi nous soumet-on à tant de pression au travail ? Pourquoi cette quête de la perfection impossible chez nous ? (Et là je ne parle pas que des profs bien sûr !)

 

Maintenant, et surtout à l'heure où je refais des voeux d'écoles pour l'an prochain (que je n'ai jamais !) il faut que je tire une leçon de cette année là. Que j'apprenne à me ménager, à dire non, à faire moins et penser à moi. Y'a pas que le travail dans la vie mais quand on est conditionné comme je le suis en ce moment, c'est difficile d'agir autrement. Après on s'étonne que je me bouffe les ongles ! (D'ailleurs je vais participer à un défi Boz'ongles dont je vous reparle très vite !)

Il y aura d'autres rentrées pour moi, joyeuses ou difficiles je le sais et c'est pour ça que je dois apprendre à mieux y faire face en n'oubliant pas que je ne suis pas wonder woman (même si j'aimerais bien) !

wonder.jpg

 

 

On finit en chanson, car il faut toujours être positif et relativiser parce qu'il y a des épreuves bien plus insurmontables et difficiles dans la vie ! Et n'oubliez pas de garder toujours un peu de douceur dans ce monde de brutes !

 

Et au passage, je vous remercie à toutes car vous êtes mon petit remède contre le stress et les mauvais jours ! Il ne faut pas croire que les blogs beauté représentent un monde superficiel mais ils sont un plaisir, pour moi c'est un refuge secret, un autre lieu d'échanges et de partage où je ne suis plus cette prof stressée mais une fille qui prend sa petite bouffée d'oxygène quand elle vient par ici et qu'elle vous lit ! J'arrive à tout oublier ! Et encore plus grâce à vous et vos adorables messages ! Pour ça : Merci, merci !

 

  

 

"Ces gens qui courent au grand galop
En auto, métro ou vélo
Vont-ils voir un film rigolo?
Mais non, ils vont à leur boulot
Refrain
Ils bossent onze mois pour les vacances
Et sont crevés quand elles commencent
Un mois plus tard ils sont costauds
Mais faut reprendre le boulot!
Refrain
Dire qu'il y'a des gens en pagaille
Qui courent sans cesse après l'travail
Moi le travail me court après
Il n'est pas près d'me rattraper!
Refrain
Maint'nant dans le plus p'tit village
Les gens travaillent comme des sauvages
Pour se payer tout le confort
Quand ils en ont ben ils sont morts!
Refrain
Hommes d'affaire et meneurs de foules
Travaillent à en perdre la boule
Et meurent d'une maladie de coeur
C'est très rare chez les pétanqueurs!
Refrain"

Partager cet article

Repost 0
Published by Mlle macaron - dans Je parle de moi
commenter cet article

commentaires

Cherry 23/03/2012 12:58

Coucou ma belle
j'ai pu lire ton article hier soir mais je n'ai pu le commenter qu'a ce moment là.
Je l'ai trouvé très émouvant, très touchant. Ca a du te faire un bien fou de mettre des mots sur tes ressentis et de les poser quelque part sur le support qu'est ton blog. Ca fais déjà un effet
apaisant de le partager. Et ca m'as fais du bien de lire cela, de voir tes confidences et ta sensibilité. Tout ça pour dire, que je te souhaite de tout coeur que ta situation professionnelle
s'améliore notamment côté rythme et pression. Parce que si cela continue, ton moral va se dégrader de pire en pire :'( au point de tomber en dépression comme j'ai pu le connaitre en janvier 2012.
Et je ne te le souhaite absolument pas pas ma belle. Gardes cette personnalité souriante, gentille, attentionnée qui est tienne devant ses parents d'élèves qui jugent trop vite et te prennent pour
une sur-femme capable de tout bien faire parfaitement (même si ils doivent être sympathiques et non méchants dans leurs propos) ou encore devant tes supérieurs.. et gardes cette pêche que tu as
dans ton partage avec tes articles et ce plaisir d'être avec nous sur la blogo :D

Mlle macaron 23/03/2012 13:57



Merci ma belle ! Je n'en attendais pas moins venant de toi et ça me touche beaucoup ! Ton commentaire me fait autant de bien que celui que j'ai eu à écrire cet article. Je suis soulagée aussi
parce que j'avais peur de ne pas bien retranscrire mes émotions et qu'on ne me comprenne pas. Mais à chaque fois que j'ai lu un des mots qu'on m'a mis sous cet article, j'ai eu les larmes aux
yeux. Je ne l'ai pas directement dit mais aujourd'hui je suis en arrêt maladie pour me reposer. Vu mon état, mes proches m'y ont presque forcée et c'est vrai que j'en avais bien besoin. En dehors
du blog où je retrouve ma bonne humeur comme par magie et le plaisir d'être avec vous et de penser à autre chose, je me traîne, je pense à l'école, je pleure ou je dors. Heureusement, mon homme
est venu me chercher et je suis avec lui sur Paris pour me changer enfin les idées. Je frôle la dépression je le sais parce que j'ai trop laissé les choses s'accumuler et que je ne voulais pas
m'avouer faible et vaincue. Je suis désolée que tu aies pu connaitre ce genre de sentiment aussi (en janvier ?), cela prouve sûrement que tu es sensible et que tu fais cas des autres. Les
qualités peuvent aussi être des défauts, il faut savoir doser sa gentillesse et apprendre à se blinder car il y a toujours des gens qui en valent la peine. Il faut penser à l'essentiel (pour moi,
ma famille, mon homme, mes amis) et savoir se recentrer et oser dire quand ça ne va pas. J'essaie d'apprendre à le faire petit à petit. En attendant, je suis ici et je me sens mieux. J'arrive à
garder ma bonne humeur. Gros bisou ma jolie Lollie et à bientôt



LéaAddict 23/03/2012 04:49

Tu exerces un métier qui peut se révéler parfois bien difficile. Le regard porté sur les enseignants n'est pas toujours tendre. Souvent cela est lié à une méconnaissance de la réalité de cette
profession. Entre des moyens limités, des "attentes" parfois trop importantes des parents, une volonté de bien faire en dépit des difficultés, une impression de ne pas toujours être
"utile",......il n'est pas simple de tenir si on a pas de soutien, de "soupape d'échappement". Maman m'a dit surtout ne deviens pas professeur ;-) (cela étant je n'ai pas et je n'ai jamais eu la
foi, il ne m'a donc pas été compliqué de suivre ce "conseil"). Malgré tout cela, je pense que tu fais un beau métier, qui est certainement aussi plein de richesses. Il faut, à mon sens, pouvoir
trouver (et ce en toute chose) le juste milieu entre investissent de soi et ménagement de soi pour bien vivre. Je te souhaite du repos, du courage, et une belle future rentrée faite de rires :)

Mlle macaron 23/03/2012 13:40



Merci pour ce gentil commentaire ! Il me fait chaud au coeur. C'est tout à fait ça, je suis à la recherche du bon dosage entre penser à moi et penser à mon travail. Pour l'instant, je ne pense
qu'au travail (j'en rêve même la nuit !) ce qui fait que j'arrive aujourd'hui à saturation et que je ne suis absolument plus productive (et je culpabilise à cause de ça). Le problème c'est que
j'ai "appris" à travailler comme ça depuis toute jeune. Je me pose des exigences à moi même qui deviennent trop fortes une fois sorties des études pour le monde professionnel. Je me donne
tellement trop que je ressens la moindre réflexion comme une grande injustice et que j'ai envie que tout le monde sache ce qui se cache derrière ce métier parfois. Mais au moins j'en prends
conscience et j'essaie de m'améliorer même si ce n'est pas toujours facile ! Mais avec du soutien, je m'en sors peu à peu (il a fallu que j'ose appeler à l'aide aussi et que j'avoue mes
faiblesses...). J'espère aussi que plein de futures plus belles rentrées m'attendent ! Gros bisous et encore merci



the clothes paper 22/03/2012 23:33

Je n'imaginais pas tout ça, on se rend rarement compte de l'envers du décor... (même si effectivement je connais une instit' qui rencontre également ce genre de problèmes...)
Je te souhaite vraiment bon courage, et ne perds pas espoir tu finira par avoir un super poste quelquepart, un VRAI poste ;-)

Mlle macaron 22/03/2012 23:41



Oui c'est vrai qu'on ne réalise qu'en connaissant vraiment ceux qui y sont plongés ! Depuis qu'il est avec moi mon copain a lui même totalement changé d'opinion sur ce métier !! Il a découvert
l'envers du décor avec étonnement et il me soutient beaucoup ! Merci pour ton gentil message qui me fait très plaisir, je l'attends avec impatience ce vrai poste !!



olivia 22/03/2012 21:57

je ne sais que repondre a ce post !!
et pourtant j ai envie de te dire Continue Avance ,Espere !!!
en mere egoiste surement !!!
nous habitons a la campagne avec des classes a multi niveau avec des enseignantes qui comme toi donnent tout a leur travail ,pour les enfants !!!
des filles qui aiment leur job malgre les difficultes ,le manque de moyens !!!
ce n est pas toujours rose dans la vie dans tous les metiers je pense mais essaie de garder la petite lumiere qui est en toi !!!qui te guide et qui t aide a garder la foi !!
la foi en l avenir des enfants que tu aides comme tu le peux a apprendre et a grandir !!
merci pour ce que tu fais pour eux !!
biz en esperant que tu ailles mieux !!

Mlle macaron 22/03/2012 22:30



Merci pour ton adorable commentaire ! Il me réchauffe le coeur. En ce moment je suis à fleur de peau car je n'assure plus avec les enfants. La fatigue est la plus forte et je culpabilise
beaucoup... J'avais tellement de projets pour eux au départ qui se sont fait happer par les exigences du quotidien et le sentiment de ne pas être à la hauteur. Je sais et j'espère que ce ne sera
qu'un passage pour aller mieux et apprendre à relativiser. Au fond je n'oublie pas à quel point les enfants peuvent nous rendre tant de satisfactions aussi, tant de reconnaissance et d'affection
spontanées que j'en ai envie de pleurer d'émotion rien qu'en pensant à eux. C'est ce qui me fait tenir et qui fait aussi que je garderai toujours cette flamme quelle que soit la difficulté du
terrain et même quand la fatigue et le stress finissent par l'emporter... Bien sûr sans mes proches, je pense que je ne pourrais pas y arriver. Et maintenant j'ai aussi des lectrices adorables
qui posent leur formidable pierre à mon fragile édifice ! Et tu en fais partie, merci, merci Olivia !



Sue 22/03/2012 15:58

Arf.. Moi qui autrefois désirais devenir professeur des écoles en lisant ton article je suis contente d'avoir changé de voie car j'aurais craqué sous la pression ! Actuellement, je me dirige vers
des études d'orthophonie (avant tout il y a le concours.. *Cross Finger*).
On dit que le travail c'est la santé ! Mais j'avouerai que toutes les fois où je me suis bouffé les lèvres, arraché les cheveux ou mangé les ongles c'est justement à CAUSE du travail >_<
C'est la cause de plusieurs de mes maux (stress, acné) alors NON chez moi c'est pas ça la santé lol Pour moi, c'est faire ce qu'on veut, ce qui nous plaît quand on en a envie (même si ça implique
parfois de dépenser comme une folle pour des truc totalement inutile, tant que ça nous plaît, c'est cool !). Comme toi, quand j'ai envie de m'isoler, que tout m'étouffe, c'est ici que je reprends
un peu d'air. Alors NON, la Beauté n'est pas futile tant qu'elle nous apporte joie et détente :) Des Bisous Miss Macaron ! Accroche toi :*

Mlle macaron 22/03/2012 16:41



Merci pour ton message douce et gentille Sue ! On est bien d'accord ! J'ai pas envie de me bousiller la santé à cause du boulot non plus et il me faut des lieux de repli comme ce blog ! Quand je
suis allée voir mon médecin à cause de ça, une dame a fait un malaise dans la salle d'attente et plus tard mon médecin m'a dit :"tu vois, va falloir te reposer et te ménager si tu veux pas finir
comme cette dame plus tard ! Le boulot c'est pas la vie !" Et il a bien raison !Merci encore et bon courage pour tes
études (je t'envoie toutes mes ondes positives pour ton futur concours) ! (orthophonie ça doit être bien chouette aussi !)



Présentation

  • : Le blog de Mlle macaron
  • Le blog de Mlle macaron
  • : J'aime les chiens (mais plus particulièrement le mien...), les macarons (forcément...), les mots doux, les bisous, l'école (bah oui, je suis "maîcresse"...), les sacs, les chaussures, les bijoux, me maquiller, faire du shopping, prendre des bains, dormir tard, manger chinois, lire, écrire, traîner en chaussettes le week-end, danser, aimer, vivre... (et tout ça en vrac ici !) Bienvenu(e)s !
  • Contact

En ce moment je lis

                            nymphéas noirs

Recherche

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Mlle macaron sur Hellocoton

Suivez-moi aussi sur :

 

instagram facebook-logo.jpg

Ma chaîne

logo-youtube.jpg

Me contacter

mllemacaron@voila.fr

Ceci est un blog Zéro Carbone

bonial – horaires et promos – moins de co2