Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 14:41

Et maintenant, que va-t-il se passer ?
Et où se situe le vrai mal ?
Au fond n'est-ce pas celui qui peut ronger les cœurs et s'insinuer dans les têtes les moins remplies ? Le doute et la méfiance, l'intolérance et le mépris ?

Comme les attentats, il y a ceux qui s'insinuent doucement pour pervertir les âmes, de véritables bombes humaines. Celles qui divisent, celles qui font place aux amalgames et aux haines sourdes qui naissent dans les cœurs noirs de nos propres voisins. Ceux là même qui nous saluent et sourient à notre passage, les mêmes qui insultent pourtant les religions bien au chaud dans leurs pantoufles et qui ne savent pas les familles musulmanes qui tremblent aussi fort qu'eux derrière les mêmes images à la télévision.

Comme cette famille de musulmans de chez qui je suis revenue hier soir et qui m'a exprimé toute sa peur et son horreur avec cette discrétion et cette pudeur qui la caractérisent si bien.
Et cette bougie allumée sur la table basse du salon pendant tout le temps de mon cours de Français...
Cette flamme qui pourrait peut être souffler tant de bombes humaines si seulement ils savaient que nous avons tous le même ennemi et que la cible dans leur coeur n'est simplement pas la bonne.

Je vous en prie, ne vous trompez pas d'ennemi

Je vous en prie, ne vous trompez pas d'ennemi.
Son coeur à lui n'est pas ici.
Il n'a pas de religion connue, il n'allume aucune bougie chez lui.
Il ne sert pas de thé ou de petits gâteaux aux étrangers qui rentrent chez lui. Il n'est pas éduqué et ne souhaite pas éduquer ses enfants sinon juste à mourir au nom d'un dieu tellement cruel qu'il ne peut pas porter le nom de dieu.

Karim, Aleyna, mes élèves, mes enfants, mes petits... Vos noms sont si beaux qu'ils ne méritent pas l'anonymat. J'ai le coeur si lourd pour vous qu'on attaque aussi en premier dans cette nation qui semble bien trop virer bleu marine.
J'entends vos voix si douces, je vois vos grands yeux noirs qui m'interrogent, votre calme, votre politesse, votre sourire et votre courage.
Ces gens là ne vous connaissent pas. Ils préfèrent marcher sur un autre trottoir, ces pauvres idiots.
Ils préfèrent vous insulter avec leur coeur si sec que vos larmes ne pourront jamais atteindre. Ils s'étouffent dans le voile de vos gentilles mamans qui les effraie tellement.

Si seulement ils vous voyaient comme je vous vois, alors ils comprendraient qu'ils se sont trompé d'ennemi.

Je vous en prie, restez libres et maîtres de votre destin. Gardez courage et espoir.
Je vous en prie, ne vous trompez pas d'ennemi.

 

 

(Photo trouvée ici.)

Repost 0
Published by Mlle Macaron - dans Avec mon coeur
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 18:00

Souvent, je doute.

Je me demande si je suis à ma juste place dans le monde. Si quelqu'un ou quelque chose d'autre ne m'attendrait pas quelque part. Un peu plus loin.

Je me dis que la vraie vie est ailleurs.

Quelque part où il y aurait du soleil, des fleurs, des oiseaux et du vent.

Je me poserais là.

Je ne bougerais pas.

 

 

DSCN2958

 

 

 

Seulement bercée par le souffle de l'instant, par la nature incandescente.

Et ma respiration sans cesse qui rythmerait le moment.

J'écouterais le silence. J'oublierais les visages et les voix, les craintes et les agitations.

Je ne viendrais plus ici brasser un air qui me manque.

Je ne maquillerais plus ma vie.

Je serais juste moi. Celle de la première fois.

Je ne tricherais pas, cachée derrière cet écran de fumée qui étouffe parfois mon âme.

Je serais juste à la recherche de moi-même.

Pour vivre l'instant. Voyager. Ecouter. Rencontrer.

 

Je me cache en secret. Je sais.

Que ma vie n'est pas ici.

 

Elle vibre dans un autre ailleurs que je pourrais sans cesse toucher. Auquel je me cognerais. Brûlerais. Frissonnerais.

Et tous ces flacons que je fais tinter ne rempliront jamais les vides, les blessures et les manques.

Parfois, tout ce virtuel me décourage.

Comme aujourd'hui.

Comme à présent.

 

La vie n'est pas ici.

La froide lumière de l'écran. Les lettres sur le clavier. Le bruit et l'éclat de la publicité. La peau sur papier glacé.

Rien n'existera autant que le vent dans ces branches, la chaude lumière du soleil qui filtre à travers les rideaux au petit matin, l'air qui glisse dans mes poumons et ma plume qui griffe le papier toujours plus fort.

 

Maintenant je compose.

Une pause.

Et moi d'abord.

Repost 0
Published by Mlle Macaron - dans Avec mon coeur
commenter cet article
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 17:10

Il y a un petit moment que le sujet me trotte dans la tête...

 

Voilà maintenant un peu plus de 2 ans que j'ai ouvert ce blog avec dans l'idée de partager mes découvertes, échanger et faire de nouvelles trouvailles grâce à vous !

J'ai mis les pieds dans ce nouveau monde avec une grande naïveté et j'ai découvert peu à peu l'envers du décor...

En ouvrant ce blog, je savais que certains blogueurs avaient assez de "notoriété" pour intéresser les marques et qu'ils recevaient certains produits gratuitement en échange d'articles et de revues plus ou moins honnêtes... Je les trouvais chanceux sans pour autant les envier vraiment.

Mais j'ignorais tout le reste...

 

J'ignorais qu'on pouvait en faire un métier à part entière ou même recevoir de l'argent en contrepartie.

J'ignorais que certains pouvaient ouvrir un blog juste pour ça. Pour encaisser au maximum et ramasser les abonnés à la pelle.

 

 

 

Nouvelle-Star.png

  source photo

 

 

 

 

Loin de moi cette idée.

Au départ, j'ai passé 3 mois avec 5 à 10 visiteurs uniques par jour et je sautais au plafond !

Ce blog était une page ouverte qui me permettait de garder un lien avec l'écriture, d'évacuer certaines choses et si une seule personne au moins venait y faire un tour c'était déjà bien. Je me contentais de peu.

 

Et puis les mois ont passé.

J'ai découvert Hellocoton, ce réseau social spécial blogs, où je me suis inscrite et de nouvelles abonnées se sont présentées sur ma modeste petite page. J'ai fait la connaissance de filles adorables, toujours bienveillantes, douces et drôles qui m'ont toujours soutenue à leur manière mais j'ai aussi assisté à des crêpages de chignons ignobles et vides; des critiques acerbes; des exigences irrationnelles. Un vrai petit théâtre !

C'est là que j'ai connu les blogueuses "stars", celles qui reçoivent des produits tous les mois, participent à des soirées presse, ou monétisent leur blog.

 

Ces blogueuses écrivent parfois des articles en réponse aux demandes de leurs lectrices sur le sujet : comment devient-on célèbre en bloguant ? Comment gagner de l'argent et recevoir des produits gratuits ? Quel est ton secret ?

 

Et le truc c'est que justement il n'y a pas de secret...

Ou alors c'est juste de bloguer pour son plaisir, pour partager sans arrière pensée. Et gros Bouououh à celles qui en ont !

On ne force pas le succès.

 

Mais moi aussi, je suis entrée dans ce jeu. Je me suis prêtée à en rêver un peu alors que je n'en avais jamais caressé ne serait-ce que l'idée jusque là...

J'ai un peu honte de l'avouer mais je me suis dis "pourquoi pas moi ?"... Ne nous sommes-nous pas toutes posé cette question à un moment donné après tout ?

Ne sommes-nous pas prises dans une sorte d'engrenage qui nous renvoie inévitablement notre faille narcissique ?

Ne blogue-t-on pas toutes un peu dans cet espoir là à un moment donné ?...

 

 

 

Oui, quel bonheur de recevoir des avantages en faisant quelque chose qu'on aime et  qu'on prend seulement comme un loisir !

Quel plaisir de recevoir du monde par ici, de lire les commentaires et d'y répondre !

J'aime attirer du monde, j'aime plaire, me jetterez vous la première pierre pour la peine ?

 

 

6a00e54f10584c88340133ed77fe06970b-800wi.jpg

(source : blog des paresseuses)

 

 

Suis-je (une blogueuse) normale ??

(J'ai l'impression d'être sur un forum médical et de poser une question honteuse là ! Hello, j'ai un furoncle énorme et très mal placé sur le derrière, est-ce normal ?!)

 

Je m'en veux de pouvoir y croire. Finalement pourquoi chercher plus ?

J'ai quand même eu l'énorme chance de recevoir parfois certains produits (une fois tous les 2 mois) ou d'écrire quelques articles sponsorisés de façon ponctuelle sans jamais l'avoir cherché ni donné d'avis faussé !

Certes, au bout de presque 3 ans, j'ai 200 abonnés HC et 11 abonnés Facebook quand certaines nouvelles en ont 1000 au bout de 6 mois d'existence.

ça me laisse songeuse... Quelle part de mérite ? Quelle part de chance ?

Qu'est-ce qui nous sépare de cette fameuse "notoriété" (toute relative bien sûr !) ?

 

 

Parfois je suis envahie par l'excitation avant de publier un article sur lequel je me suis beaucoup investie parce que je me dis qu'il plaira sûrement plus que d'habitude. Qu'on appréciera les jolies photos et tous les détails qui apportent de la qualité aux choses. Que je le mérite (Parce que je le vaux bien !) J'ai déjà publié en espérant faire la Une Hellocoton le lendemain ! (Bouh la vilaine qui se met en concurrence, tapez-lui sur les doigts !)

Et puis finalement, non. (Voilà ! C'est bien fait pour toi grosse vilaine !)

Je me retrouve penaude avec un commentaire et 3 j'aime à peine.

Mais je ne me plains jamais, je déteste ça. Je n'aime pas celles qui le font d'ailleurs bien que je les comprenne parfois un peu ("Oooh, j'ai perdu 2 abonnés !!! Mais pourquoi moi ??!!"; "Pas de commentaire sur mon dernier article ? Il ne vous a pas plu ?.. Snif !" " Puisque c'est comme ça j'arrête tout !")

Alors oui, bloguer uniquement pour soi reste une illusion.

On écrit aussi pour toucher les autres. Avoir de la portée. Être aimée.

 

Finalement, je crois que je suis célèbre à ma façon. Tranquillement, à mon image.

Pas de vagues, pas d'effusion. J'ai seulement un petit groupe de filles qui m'aiment bien, sont toujours là à me suivre. Certaines sont même des amies dans la vraie vie pour mon plus grand bonheur.

 

Le danger aurait été d'ouvrir ce blog directement et uniquement dans cette optique de "célébrité", d'être calculatrice, de démarcher des marques à tout va (chose que je n'ai osé faire que 2 ou 3 fois), d'harceler les autres blogueuses en les invitant à "venir faire un tour sur mon blog", de faire la course aux concours et d'en organiser seulement pour ramasser plus d'abonnées (voilà pourquoi je suis si frileuse en matière de concours; à la fois j'en ai envie et à la fois j'ai peur de me perdre et de passer du côté obscur de la force !).

Est-ce normal de culpabiliser parce que je me prête à rêver d'un peu plus ? 

Un peu plus de partage, de contacts et d'échanges surtout.

 

Je ne ferai jamais rien de plus pour y arriver. Ce ne sera jamais une fin en soi, juste un beau bonus. Et je serai juste moi. Celle du presque tout début qui poste sur ce qu'elle aime sans mentir ni tricher, sans chercher à ramasser des abonnées (mais juste faire la Une Hellocoton par contre, mouhaha !) . (J'arrive d'ailleurs doucement à la barre des 200 et je vous remercie ! Il ne faut surtout pas se comparer ou se sous estimer...)

 

Et j'ai juste celles dont j'ai besoin. Chibi, Lollie, Deby, The Clothes Paper, Sumie, MagH, Belle au far ouest, Vanille Ambre, Girlsnglitter, La Blonde, Mimounette, Caluste, Magalie et ses folies, Chloé, ma Petite Robe noire, Gigi, Clio, Céline et toutes les autres que je n'ai pas citées mais qui sont toujours là aussi ! Et c'est déjà beaucoup.

Je vous aime !

 

Pas de paillettes ou de succès.

Pas de Grande Une Hellocoton.

Pas de millier d'abonnés.

Pas de produits tous les mois.

Pas d'invitations presse.

Pas plus de 5 commentaires à la fois par article publié.

 

Seulement de l'honnêteté, de la simplicité, du partage, de l'échange, de la fidélité, de la solidarité, de l'humour, du plaisir et de l'attachement... De la qualité plus que de la quantité.

 

Je ne bloguerai jamais pour la célébrité.

N'empêche que.

Dois-je pour autant me remettre en question si je ne "décolle" pas plus que ça ?

Et je peux toujours au moins en rêver de temps en temps, non ?

 

Suis-je la seule dans ce cas ?

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Mlle Macaron - dans Avec mon coeur
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 15:32

Dès ma plus tendre enfance, j'ai appris à étudier, travailler.

A l'école d'abord.

J'étais la petite élève modèle bien sage. Celle qui reste dans son coin.

Ne surtout pas se faire remarquer. Mais toujours bosser.

Devoirs toujours soignés, bouclés.

Et puis avec l'âge, je m'y suis de plus en plus réfugiée.

J'ai découvert que travailler faisait aussi oublier les chagrins et les épreuves.

Et le travail m'a sauvée bien des fois.

Enfin, est venu le temps de l'entrée tant attendue dans le monde professionnel.

Je m'y suis jetée sans limites.

Je pensais travail, vivais travail.

Jusqu'au jour où je me suis mise à souffrir travail...

 

Du jour au lendemain, je n'ai plus pu m'y rendre.

Comme si un câble avait trop chauffé dans ma tête et tout court circuité autour de lui.

L'année qui a suivi a été une des pires de ma vie.

Sans ce travail quotidien, je me suis sentie inutile et inexistante.

Ma vie n'avait plus de sens. Plus de travail donc plus de sommeil ni d'appétit.

Et que des larmes.

Par ici, je n'ai pas voulu faire trop de bruit.

Il y a peut-être eu quelques souffles mais cette étrange honte me rappelait toujours à l'ordre.

Ne te plains pas surtout. Ravale tes larmes et ta souffrance.

N'avoue pas trop ce que tu crois être une faiblesse.

 

DSCN2891.JPG

 

Et puis finalement, cette pause m'a appris à commencer à vivre vraiment.

A prendre du temps pour moi.

A respirer.

Ecouter mes envies profondes.

Prendre de la force pour avoir le courage d'être libre et de n'appartenir à personne. Et surtout pas au travail.

Il y a une semaine encore, ma rentrée s'annonçait sous pression.

S'ensuivaient trois jours de larmes et d'insomnies. Manque d'appétit.

Et le retour de cette prison construite au fond de ma tête depuis l'enfance.

J'ai failli replonger dans mes travers.

Parce que sans affectation.

Oui, juste à cause de ces deux mots. SANS AFFECTATION.

Suite à cette première semaine d'attente désespérée après ce travail dans lequel je veux me reconnaître mais qui ne me reconnaît pas, j'essaie de me raisonner et de reprendre des forces.

 

Oui, je suis toujours une prof sans affectation.

Mais je suis aussi une fille. Une enfant. Une femme. Une fiancée. Une amie. Une collègue. Une camarade. Une psy à ses heures. Une lectrice. Une cuisinière. Une rêveuse. Une shoppeuse. Une danseuse. Une future maman. Une cousine. Une nièce. Une belle-fille. Une belle-soeur. Une patiente. Une cliente. Une blogueuse...

 

DSCN2886.JPG

 

DSCN2889.JPG

 

Je reste libre de mes choix.

Je peux toujours décider de ma vie.

Accepter ou refuser. Même une affectation.

Je suis maîtresse de ma propre vie avant tout.

 

J'aime enseigner. Je le sens au plus profond de mon coeur.

Mais pas à n'importe quel prix. Pas au prix de ma vie, mon sommeil, ma santé, mon appétit...

Si je dois changer de système alors je le ferai. Pour ne plus subir.

Et je trouverai enfin le chemin où je ne confondrai plus ma vie et mon travail.

Où je n'aurai plus peur.

Où je serai Moi d'abord.

 

DSCN2888.JPG

 

Aujourd'hui, j'avais envie d'être ici avec vous.

Avec ce corps imparfait qui parfois s'épuise et s'oublie encore.

Aujourd'hui, à cette heure, cette minute, cette seconde, cet instant où vous me lisez, je suis aussi une blogueuse mode qui se confie et vous remercie !

 

DSCN2893.JPG

 

DSCN2895.JPG

 

Sweat - Bel Air (déniché sur le vide dressing de Coline)

Short oversized - Ebay

Collants - Gambettes box

Chaussures - Kickers

Headband - Adéli Paris

Foulard - Best Mountain via Monshowroom

Bracelets - perso, Shirley Dom et Elodie Truc Paris

Bague de phalange - H&M

Bague Coline x Gemmyo

 

 

 

 

 


 

 

A bientôt !

Repost 0
Published by Mlle macaron - dans Avec mon coeur
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 14:03

Chère Mademoiselle Macaron,

 

Il faut que je t'avoue quelque chose.

Pour être honnête avec toi, je ne suis pas tout à fait celle que tu crois.

Tu sais, celle qui sourit et qui plaisante. Celle qui pétille. Celle qui est légère. Celle qui vit.

Peut-être était-ce inévitable et ce, dès le début. Je me suis voulue autre, je cherchais les regards et l'estime que je ne trouvais plus en moi. Peut-être qu'ici, au fond, on est tous un peu comme ça.

Sous le prétexte du partage et des découvertes, on cherche l'amour et la reconnaissance.

La plupart se cache encore derrière une bannière colorée ou un étrange pseudonyme, mais au fond je sais.

 

Mademoiselle Macaron, mon idéale, mon double. Je t'envie. J'aimerais devenir comme toi.

Celle qui ose et qui joue. Celle qui ne réfléchit plus. Celle qui ne cherche plus. Celle qui ne souffre pas.

 

visage

 

Seulement voilà. Je ne suis pas toi.

Je me sens là, pauvre chose. Ballotée par ma vie sans comprendre ce qui m'arrive.

Pourquoi tout ce vide en moi. Pourquoi cette fatigue. Pourquoi cette tristesse.

J'ai si honte de ne pas réussir à être comme toi. Fière et confiante. Solide et gaie.

Je rêve que tu me confies ce merveilleux secret.

 

Aujourd'hui, je me fais une petite place ici.

Je suis là aussi, avec toi. Derrière ton nom étrange.

Si tu savais à quel point j'ai besoin d'être soignée et rassurée. Et de trouver enfin ma voie.

Mais tu es là aussi pour ça parfois. Pour me chuchoter que tout ira bien et qu'il faut continuer.

Que la vie n'est pas toujours si lourde et dure. Qu'il suffirait de presque rien pour tout changer.

 

Merci d'être là, Mademoiselle Macaron. Ma jumelle inespérée, à moi, l'éternelle solitaire qui ne suis la soeur de personne.

 

 

jumelles.jpg

Soeurs jumelles. Illustration. | © Wolf/zefa/Corbis

Repost 0
Published by Mlle macaron - dans Avec mon coeur
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 09:00

anniv-le-chat.jpg

 

Aujourd'hui c'est mon anniversaire. Je ne vais pas sortir mes fards, mes bijoux ou mes paillettes. Je reviens juste à moi, comme au tout début.

J'écris peu de billets d'humeur ici. Trop intimes, trop dangereux. Et puis quand j'écris, souvent j'ai mal. Parce que j'y mets mon coeur et que je ne triche pas.

 

Mais aujourd'hui j'ai 27 ans.

Oui. Un 2 et un 7...

Je suis à 3 ans de la trentaine et j'ai comme un coup au coeur en repensant à tout ce qui m'a menée jusqu'ici. Je suis encore jeune, petite et fragile mais mes yeux peuvent en dire long si on prend le temps de les regarder de plus près.

 

Un anniversaire c'est une joie, une fête, une occasion de se remplir la panse dans un bon restaurant ou de revoir et d'avoir de ses nouvelles de ses proches mais c'est aussi le temps qui passe et qui nous dit toujours "carpe diem" parce qu'il y a la naïveté qui s'envole, les rides qui se creusent, ou les amis qui s'en vont parfois...

 

Cet anniversaire c'est aussi l'occasion de me souvenir de tous les autres. Ceux que j'ai vécus avant avec les fêtes, les grands parents qui ne sont plus là ou les repas autour de joyeuses et grandes tablées, les chansons, le couscous que ma grand mère passait la journée à préparer pour nous, le feu d'artifice de supermarché organisé au fond du jardin quand les étoiles pointaient dans la nuit d'été et tous ces sourires que je voudrais retrouver chaque jour de ma vie...

 

Je les revois dans ma tête, ils m'accompagnent et je garde avec moi tous ceux qui sont partis et qui devraient être encore avec moi pour fêter ce jour spécial... Je pense immanquablement à ma grand-mère chérie, mon grand-père et ses yeux si doux posés sur moi et ce petit à peine né il y a un an tout pile puis disparu. Celui qui, sans l'avoir même connu, m'a laissé ce vide étrange, ce trou douloureux dans l'estomac et ces larmes qui roulent, là sur mes joues, pour ses parents qui ne pourront jamais plus me souhaiter mon anniversaire...

 

Parce que je suis faite de tous ces moments et de toutes ces personnes.

Avec mon 2 et mon 7, et encore et toujours jusqu'aux prochains numéros.

 

 


 
Repost 0
Published by Mlle macaron - dans Avec mon coeur
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 20:10

Ce soir, quand je me suis démaquillée

m'est apparue la fille que j'étais.

Avec autant de cicatrices sur le coeur que de marques sur la peau.

Qu'est ce que je cherche donc à "maquiller" chaque jour ?

Quels fards pourront cacher mes peines ou mes secrets bien gardés ?

Quelles couleurs pourront me ramener la force qui me manque parfois ?

 

Et chaque soir, je quitte ce masque que je m'évertue à faire si soigneusement pour tenter de combler les failles qui voudraient m'écraser.

Chaque soir, je révèle ces tâches, ces marques de fatigue que je voudrais que les autres ne voient pas.

Ce soir, je voulais les partager avec vous. Parce que c'est aussi ça, être là.

Ne pas mentir

Accepter son imperfection.

 

Quand vient l'heure du démaquillage, je pense.

Je pense beaucoup trop. J'ouvre les vannes les plus sombres.

Et je peux lire mon reflet dans le miroir.

Je peux voir les cernes, les rides et la douleur de ce moment.

 

Tous les jours, je sais maquiller mon âme.

Pour avoir l'impression d'aller mieux et oublier ce désespoir qui me rattrape souvent.

Je camoufle, colore, peinturlure.

Juste comme il faut. Et j'oublie.

Ici et avec vous.

 

Ce soir le vague à l'âme est de retour 

Et j'arrive un peu mieux à le dire. Je n'arrive plus à l'étouffer comme avant.

Cette sensibilité qui me ronge et qui me rend si fragile

je voudrais la jeter

Loin.

Plus encore que la maquiller.

La soigner,

La guérir.

 

Comme cette fille que je vois dans le miroir

Quand vient l'heure du démaquillage...

Repost 0
Published by Mlle macaron - dans Avec mon coeur
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 16:46
Ce soir est un soir spécial.
Comme le garçon que j'ai connu.
Pas de fards ni de faux semblants, pas encore un de ces articles que tu aurais trouvé bien futile, toi qui t'interrogeais sans cesse sur le sens de la vie...
Et pourtant c'est bien moi aussi, la même à qui tu te confiais sur cette toile qui était ton dernier refuge, sur cette page où tu as laissé ta lettre d'adieu. Je n'ai rien compris bien sûr et comment l'aurais-je pu ?
J'étais loin de tes yeux qui peut-être m'auraient tout fait deviner...
Je ne suis rien qu'une fille retrouvée par hasard et à qui tu t'es raccroché un peu comme pour tenter de suivre encore le fil de la vie. Mais mon fil était trop fin, trop court, trop loin. Je n'étais pas une bonne amie, je n'étais pas celle qu'il fallait pour t'aider à guérir.
Mais ce que nous avons partagé sur cette toile incertaine _ et beaucoup en ont souri ou même été jaloux _ je le garderai toujours avec moi. Je garderai ton visage, et ta voix d'enfant dans ce collège où rien d'autre ne me retient plus que le souvenir de notre rencontre. Je garderai tes mots précieux, drôles et doux à la fois, cette main tendue que tu m'as donnée si souvent et toute cette musique qui court toujours pour combler le vide de ton absence dans cette quête d'absolu et de meilleur qui te rongeait doucement...
Tu as été un ami en or, toujours présent et attachant, toujours soucieux et bienveillant. Vraiment.
 
Je ne voudrais jamais finir cette lettre, jamais revenir sur cette page si silencieuse depuis ton départ. Je ne veux plus y chercher ces signes que je n'ai pas voulu reconnaître... Je veux laisser tourner la musique comme quand tu étais là et que tu voulais me consoler... "Est-ce que si je t'avais embrassé là où tu avais mal, tu te serais senti mieux ?..."
 
Et celle ci que tu m'avais envoyée par un jour gris comme aujourd'hui...
Celle ci parce que je n'ai pas envie de te dire adieu...

 
Repost 0
Published by Mlle macaron - dans Avec mon coeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Mlle macaron
  • Le blog de Mlle macaron
  • : J'aime les chiens (mais plus particulièrement le mien...), les macarons (forcément...), les mots doux, les bisous, l'école (bah oui, je suis "maîcresse"...), les sacs, les chaussures, les bijoux, me maquiller, faire du shopping, prendre des bains, dormir tard, manger chinois, lire, écrire, traîner en chaussettes le week-end, danser, aimer, vivre... (et tout ça en vrac ici !) Bienvenu(e)s !
  • Contact

En ce moment je lis

                            nymphéas noirs

Recherche

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Mlle macaron sur Hellocoton

Suivez-moi aussi sur :

 

instagram facebook-logo.jpg

Ma chaîne

logo-youtube.jpg

Me contacter

mllemacaron@voila.fr

Ceci est un blog Zéro Carbone

bonial – horaires et promos – moins de co2